Des traits de personnalité gagnants en sport d’équipe

Joueurs et entraîneurs,
comment définissez-vous l’athlète idéal?

Quelles sont vos forces et quoi améliorer pour être plus performant?
Y a-t-il des traits de la personnalité communs aux meilleurs?

Il y a quelques années, j’ai découvert le MBTI (Myers Briggs Type Indicator) et suite à quelques recherches… j’ai pu identifier quelques éléments de réponses.


Le MBTI : c’est quoi?

Le MBTI est un outil d’évaluation déterminant le type psychologique d’un sujet, suivant une méthode proposée en 1962 par Isabel Briggs Myers et Katherine Cook Briggs.

Le test définit les préférences d’une personne selon 4 axes. C’est-à-dire que pour chacun des axes, une majorité de nos comportements sont polarisés davantage vers l’une ou l’autre des deux caractéristiques. En identifiant les 4 caractéristiques dominantes, on obtient un type de personnalité composé de 4 lettres – ex. ENFJ – pour lequel on obtient une description détaillée.

Quel est votre type de personnalité MBTI?

Il est possible d’identifier votre type de personnalité MBTI en répondant à un questionnaire, que vous pouvez acheter sur le web. Plusieurs tests gratuits existent en ligne, cependant ils sont moins exhaustifs et précis que le test officiel.

Les 4 axes

Pour chacun des 4 axes, déterminez lequel des 2 éléments proposés est dominant dans votre personnalité. Votre polarité par rapport à un axe pourrait être plus ou moins claire pour vous – par exemple, vous avez plusieurs comportements d’une personne introvertie ainsi que d’une personne extravertie. Le questionnaire officiel pourrait vous aider à trancher.


Axe 1 : Introverti (I) ou Extraverti (E)

Où puises-tu ton énergie et qu’est-ce qui te dynamise?

C’est vendredi soir, la semaine a été occupée et tu es épuisé. Pour retrouver ton énergie, la plupart du temps…

  • …tu sors avec des amis (E)
  • …tu restes chez toi bien au calme (I)

Axe 2 : Intuition (N) ou Sensation (S)

Comment traites-tu l’information?
Tu as tendance à mettre ton attention sur…

  • …les détails (S)
  • …l’idée générale (N)

Quand quelqu’un te parle, ton attention se porte sur…

  • …les mots utilisés et leur signification (S)
  • …le non-verbal, tu as tendance à lire entre les lignes et interpréter le sens de ce qui est dit (N)

On dit de toi que tu es plutôt…

  • …réaliste (S)
  • …idéaliste (N)

Axe 3 : Logique (Thinking – T) ou Sentiment (Feeling – F)

Sur quoi te bases-tu pour prendre des décisions?

En général, tes décisions sont basées sur…

  • …des critères objectifs et impersonnels (T)
  • …tes valeurs et tes impressions personnelles (F)

Tu recherches la plupart du temps…

  • …la vérité (T)
  • …l’harmonie (F)

Axe 4 : Jugement (J) ou Perception (P)

Comment navigues-tu dans le temps?

Dans la vie…

  • …tu aimes avoir un plan (J)
  • …tu trouves de l’ordre dans ton désordre, tu es toujours à l’affût des opportunités (P)

Es-tu davantage…

  • …organisé et formel (J)
  • …flexible, curieux et non conformiste (P)


Les traits de personnalité MBTI ayant le plus de succès en sport collectif

ESTP

Pour les sports collectifs, les athlètes ayant comme traits de personnalité E, S, T et P seraient ceux qui obtiendraient le plus de succès. En fait, un athlète qui n’aurait pas ce type de personnalité va tout de même très souvent se mettre en ‘mode ESTP’ quand il entre en action.

Pourquoi?

Extraversion (E)

Dans un sport d’équipe, avoir une dominante (E) permet d’être à l’aise avec le fait de passer beaucoup de temps dans un groupe. Une personne extravertie est dynamisée par le contact avec les autres et a de la facilité à saisir les nombreuses opportunités pour connaître ses coéquipiers. Un athlète en sport d’équipe doit être attentif à ce qui se passe dans son entourage (stimuli externe), il porte donc moins son attention vers ses sensations internes. Les gens introvertis sont généralement plus attirés par les sports individuels. Sur le terrain, la personne extravertie va prendre des décisions plus rapidement, alors que la personne introvertie pourrait avoir besoin d’un peu plus de temps pour réfléchir.

Sensation (S)

Les joueurs à dominante (S) se concentrent naturellement sur les détails. Ils enregistrent une grande quantité d’informations, portent leur attention sur ce qui doit être fait et se fient à leur instinct – ce qui leur permet de réagir rapidement. Ils ont de bonnes habiletés pour repérer rapidement la technique et les habitudes des joueurs adverses. Les joueurs à dominante (N) ont tendance à se concentrer sur l’ensemble, le ‘big picture’, et à se fier à leur intuition – ce qui demande un peu plus de temps. Lorsqu’ils observent un match, ils sont doués pour repérer les faiblesses stratégiques de l’adversaire et celles de leur équipe.

Logique (T)

Sur le terrain, les joueurs doivent prendre des décisions basées sur la logique, en fonction de ce qui est important pour gagner. Il n’est pas utile de se fâcher parce qu’on n’a pas reçu la passe durant un point. Pour gagner un match, on doit penser et agir de façon logique. Les joueurs à dominante (T) ont tendance à mieux comprendre et accepter les décisions des entraîneurs qui sont basées sur ‘faire ce qu’il faut pour gagner’, sans se laisser affecter émotionnellement. Pour performer, un joueur qui a une dominante émotive (F) a besoin d’évoluer dans une équipe qui le supporte et l’encourage à réussir. Il a besoin d’une raison pour jouer – par exemple, faire plaisir à son équipe en performant est une très bonne raison. Cependant, ne pas se laisser affecter par ses émotions est un défi constant pour l’athlète à dominante (F).

Perception (P)

Les joueurs à dominante (P) restent plus naturellement ouverts à de nouvelles informations. Ils sont aussi en mesure d’apprendre de nouvelles stratégies juste avant le match. Bien que les athlètes à dominante (J) soient disciplinés et s’entraînent de façon constante et avec intensité, il est plus difficile pour eux de déroger d’un plan. Les athlètes à dominante (P) vivent davantage dans le moment présent. Ils peuvent changer rapidement leur style de jeu et s’adapter à un nouveau défi en temps réel. Ce sont des compétences très utiles sur le terrain ou lors de changements de dernière minute – souvent liés aux détails de l’organisation. Les bons athlètes doivent être capables de garder leur calme et de gérer ces flux d’information tout en restant performants. Si vous faites partie de ces athlètes qui exécutent rarement exactement ce qui est demandé dans un exercice parce que ‘la défensive vous donnait une autre option’, alors il est probable que vous ayez une dominante (P). L’athlète à dominante (J) va souvent respecter la consigne… peu importe l’issue… tandis que l’athlète à dominante (P) va faire en sorte qu’il ressorte gagnant peu importe s’il doit contourner la règle.


Traits de personnalité I, N, F et J : les défis en sport collectif

Bien sûr, le monde et les équipes sportives seraient bien ennuyants si on avait tous le même type de personnalité! En sport collectif, les dominantes (E) et (T) seraient celles qui sont les plus déterminantes relativement à la performance. Si, dans votre personnalité, vous avez des traits I, N, F et/ou J, il est possible que vous ayez à relever certains des défis nommés ci-bas. Cliquez sur votre trait de personnalité pour aller directement au texte qui vous concerne.

Trait de personnalité (I)
Trait de personnalité (N)
Trait de personnalité (F)
Trait de personnalité (J)
Suite et fin

Si tu as une dominante (I), il est possible que tu aies à relever ces défis :

Mieux connaître tes coéquipiers et aller davantage vers eux.

  • Initie des activités en petit groupe de 3-4 joueurs – par exemple, une activité de spikeball dans un parc.
  • En grand groupe, lors d’une soirée, lance-toi le défi d’initier au moins une conversation avec un joueur que tu connais moins.
  • La route lorsque vous vous rendez à un tournoi est aussi un bon moment pour mieux connaître tes coéquipiers. Choisis des covoitureurs différents de temps à autre.

Récupérer ton énergie pour demeurer performant dans un match.

  • Tu peux t’isoler à certains moments-clé du tournoi, écouter de la musique avec tes écouteurs, aller voir un autre match seul lors d’une pause entre deux parties.
  • Dans la mesure du possible, au besoin donne-toi l’option de prendre du temps pour toi puisque cela te permettra de retrouver ton énergie avant un match important.

Prendre des décisions rapidement en match.

  • Prends de l’expérience dans ton sport (visionnement vidéo, lecture d’articles) pour en avoir une meilleure connaissance.
  • Observe ce qui se passe autour de toi, à certains moments porte ton attention sur les stimuli externes – dans le sport mais aussi dans la vie de tous les jours.
  • Visualise des situations où tu as tendance à réfléchir / hésiter sur le terrain et vois-toi réagir sans hésitation. En pratique ou lors de matchs moins importants, lance-toi des défis par rapport à ta vitesse de prise de décision. Sors de ta zone de confort.

Si tu as une dominante (N), il est possible que tu aies à relever ces défis :

En défensive, apprendre à reconnaître plus rapidement les tendances du joueur que tu couvres.

  • Regarde des vidéos pour observer des joueurs. Apprends à reconnaître des habitudes de la part de ces joueurs afin d’adapter tes stratégies.
  • Entraîne-toi à développer cette même observation en pratique et en match. Détermine à l’avance ce que tu veux observer – tu ne peux pas tout améliorer en même temps.

En offensive, apprendre à reconnaître les préférences et les habitudes de tes coéquipiers.

  • Connais-tu les habitudes et réflexes de tes coéquipiers? Sais-tu jouer avec eux en parfaite symbiose parce que tu sais ce qui s’en vient? Prends le temps d’observer ces détails.
  • Pose des questions au besoin lorsque tu remarques que tu n’as pas compris ce que voulait ton coéquipier.

Revoir mentalement les détails d’un point pour en faire l’analyse et s’améliorer lors du point suivant.

  • Après un match, les joueurs à dominante (S) se rappellent souvent exactement le nombre d’erreurs qui relève de leur propre jeu, leurs bons coups et plusieurs autres détails. Ils sont alors capables d’analyser le tout et d’en tirer une leçon pour le match suivant. Les joueurs à dominante (N) se rappellent souvent leur performance globale et en tirent un constat général mais ont plus de difficulté à retirer des leçons précises.
  • Pour améliorer cet aspect, donne-toi un objectif pour un match et fais un retour là-dessus à la fin du match ou après chaque point.
  • Si tu peux revoir une vidéo de ton match c’est encore mieux!

Si tu as une dominante (F), il est possible que tu aies à relever ces défis :

Rationaliser les décisions des entraîneurs sans se laisser envahir par les émotions.

  • Rappelle-toi que, à moins d’indication contraire de la part de l’entraîneur, l’objectif d’un match est la victoire et que les décisions sont prises dans cette optique. Point.
  • Rappelle-toi aussi que les décisions des entraîneurs sont hors de ton contrôle. Tu dois donc t’en détacher au maximum durant un match, sous peine d’affecter ta performance.
  • Fais ce qu’il faut pour rester ‘dans ta zone’ et dans le moment présent.
  • Fais taire ton discours interne s’il te rend émotif.
  • Permets à tes yeux de regarder seulement ce qui te garde dans le match.
  • Après le match / tournoi / pratique, si et seulement si tu considères encore qu’il est réellement important pour toi de comprendre ce qui s’est passé, pose tes questions.

Te sentir valorisé, sentir que tu es un élément important au sein de l’équipe et que tu as un rôle à jouer.

  • Pour un joueur à dominante (F), il est important que ce rôle et cette valorisation soient confirmés par l’entraîneur, les capitaines et souvent aussi par les joueurs. Alors que le joueur à dominante (T) connaît ses forces et ne ressens pas nécessairement le besoin d’avoir une confirmation externe.
  • Établis une liste de tes forces et identifie clairement ton rôle sur l’équipe, ou encore celui que tu pourrais développer selon les besoins de ton équipe.
  • Discutes-en avec ton entraîneur pour t’assurer que vous êtes sur la même longueur d’onde.

Agir en guerrier en tout temps, peu importe l’ambiance ou les émotions qui peuvent surgir à cause de situations externes au jeu.

  • Une frustration par rapport à un coéquipier, une mauvaise performance de l’équipe, une décision des arbitres que tu juges erronée, une nouvelle copine, un problème de famille, une promotion au travail, toutes les émotions créées par ces situations sont susceptibles de t’accompagner sur le terrain et d’affecter ta performance, que ce soit de façon positive ou négative.
  • Analyse tes meilleures performances antérieures et identifie tes émotions durant ces moments. Puis rappelle-toi tes émotions lors de ta pire performance.
  • Pratique-toi ensuite à laisser entrer, recréer, visualiser les émotions qui te poussent à donner une excellente performance.
  • Laisse aller les émotions qui ne te servent pas : imagine-les de la même façon que tu verrais une feuille qui vogue sur un cours d’eau, ou un nuage qui se déplace dans le ciel – regarde-les, prends conscience qu’elles sont là à l’intérieur de toi et regarde-les passer dans t’y accrocher.

Si tu as une dominante (J), il est possible que tu aies à relever ces défis :

T’ajuster rapidement lors des imprévus, sans que la performance en soit affectée.

  • Si tu as une dominante (J), il est probable que tu aimes que les événements se déroulent selon un plan précis et que les changements de dernière minute te perturbent.
  • Pour améliorer ta flexibilité, tu peux faire une liste des éléments qui sont susceptibles d’affecter ta concentration en match. Par exemple, l’auto dans laquelle tu te trouves pour te rendre à ta pratique est en retard. Ensuite, pour chacun des éléments, tu détermines l’attitude qui te sera favorable pour t’adapter rapidement : comment percevras-tu la situation? Y a-t-il un autre point de vue que tu pourrais adopter? Par exemple, ta réaction naturelle pourrait être : « Je suis en retard donc je ne serai pas prêt et ma performance de début de pratique en sera affectée. » Ajoutons à cela peut-être un sentiment de frustration envers celui qui t’a mis dans cette situation.
  • Lors de ta prise de conscience, tu pourrais décider de modifier ton attitude, par exemple comme ceci : « Je suis en retard, je m’habille dans la voiture et je visualise l’échauffement que je ferai avant la pratique. Je me répète que je suis prêt et je m’active déjà avant d’arriver. » Tu pourrais décider de considérer cette situation comme un défi que tu vas relever – tu fais de la compétition donc les défis… ça fait partie de ton quotidien.

Demeurer concentré et performant même si l’environnement semble désorganisé.

  • Quand il y a des changements de dernière minute, il est possible que tout devienne un peu plus désorganisé au niveau de l’équipe – pas de place pour s’échauffer, la routine d’échauffement elle-même change, ajustement du temps de préparation pré-match…
  • Encore une fois, fais une liste des éléments qui pourraient te perturber au niveau de la logistique d’équipe et détermine les attitudes que tu adopteras, en lien avec une modification de ta perception de ces événements.

Ajuster ton style de jeu et t’adapter directement sur le terrain.

  • Ta progression dépend de 1) ton niveau d’expérience et 2) de ta capacité à ‘transgresser les règles’.
  • Si tu manques d’expérience, va la chercher sur le web en faisant des lectures ou en regardant des vidéos.
  • Apprends à ‘faire ce qu’il faut pour que ça fonctionne’, même si à certains moments ça veut dire ne pas suivre exactement le système ou la règle donnée. Sors de ta zone de confort – qui est souvent délimitée par le cadre donné par l’entraîneur, apprends à analyser ce qui se passe quand ta performance n’est pas à la hauteur de tes attentes et trouve des solutions pour t’adapter.

Un type d’entraîneur idéal?

INTJ

Puisque certains traits de personnalité MBTI favorisent la performance des athlètes, il en va de même pour les entraîneurs. En sport collectif, les traits de personnalité I, N, T et J seraient les plus favorables pour un entraîneur. Pourquoi? Un entraîneur introverti (I) est plus enclin à laisser un espace aux joueurs pour leur permettre de développer leur autonomie – après tout, chacun est seul sur le terrain lorsque vient le temps de prendre une décision. Chaque athlète doit aussi développer sa propre combativité et cela doit venir de l’intérieur – et non de l’entraîneur qui chercherait à imposer sa propre volonté. L’entraîneur doit aussi prendre le temps de réfléchir avant de s’adresser au groupe, être bref, utiliser les mots justes et parler au bon moment. L’entraîneur intuitif (N) a une vision d’ensemble et un portrait clair de la direction de l’équipe. Il est aussi capable de reconnaître et d’ajuster des stratégies rapidement. Il doit prendre des décisions rationnelles (T) sans se laisser influencer par ses émotions. Enfin, il doit être organisé, structuré (J) et donner un cadre très clair à l’équipe pour lui permettre d’évoluer ensemble dans la direction choisie.

Et vous?

Quelles sont vos forces et que pourriez-vous améliorer pour être plus performant?

Rappelez-vous qu’il est important de travailler sur vos faiblesses,
mais qu’il est encore plus important de reconnaître vos forces et de les mettre en valeur!

Look in the mirror… that’s your competition.

 

Téléchargement

QUEL EST TON PLUS GRAND DÉFI?

Merci d'avoir voté!
Tu as déjà voté.
Choisis d'abord une option.

 

Articles de référence

MBTI in Sports
Which MBTI type is most common for athletes?
Which MBTI type is the best at which sports?

Le MBTI et ses 16 types de personnalité
16 Personalities

Tests gratuits en ligne

Personality-Types.org
Personality-Tests.info

Share This