L’art d’inspirer

Qu’est-ce qui fait la différence entre un excellent leader et un bon dirigeant?

Pourquoi certains arrivent-ils à convaincre si facilement?
À faire entrer les gens dans leur vision?
À motiver, influencer, changer le monde?

Consciemment ou non, les excellents leaders possèdent la formule gagnante pour inspirer.

Cet article décrit l’art d’inspirer et de convaincre dans le sport, au travail et dans la vie de tous les jours. Une astuce pour te rapprocher de tes rêves et tes ambitions.


Il y a quelques années, j’ai visionné une vidéo Ted Talk qui a transformé ma façon d’aborder un groupe. Dans sa vidéo, Sinek donne deux exemples de communication marketing, décrites ci-bas. Laquelle des deux vous inspire davantage?

Exemple 1

We make great computers. They are beautifully designed, simple to use and user-friendly.
Do you want to buy one?

Exemple 2

Everything we do, we believe in challenging the status quo. We believe in thinking differently. The way we challenge the status quo is by making our products beautifully designed, simple to use, and user-friendly. We just happen to make great computers. Do you want to buy one?

Vous l’avez probablement reconnue, la seconde version provient d’Apple. Que nous soyons partisan ou non de la marque, on ne peut nier l’impact et la portée du message de l’entreprise au fil des années.

Qu’est-ce qui distingue les deux affirmations?

Imaginons trois cercles concentriques, portant chacun un niveau de communication : Quoi, Comment et Pourquoi.

Dans la première affirmation, la communication se fait à partir de l’extérieur du cercle vers l’intérieur. On commence par expliquer ce que l’on fait – des ordinateurs, puis comment on le fait – les caractéristiques. Quoi, puis Comment.

Dans la seconde affirmation, la communication prend sa source au centre du centre du cercle pour aller ensuite vers l’extérieur. On explique pourquoi on est là, quel est notre grand but. Puis qu’est-ce qui nous distingue, pour terminer par ce que l’on fait. Pourquoi, Comment, Quoi. PCQ.

Aujourd’hui, de plus en plus d’entreprises nous font connaître leur grand but, leur passion, leur vision d’un monde meilleur, leur lien avec leur communauté. Et c’est ce qui, très souvent, nous attire vers elles et nous rend loyal envers elles. Il vous est peut-être déjà arrivé de choisir de demeurer avec une entreprise même si le produit coûte un peu plus cher que le concurrent? Parce que vous croyez en la cause de cette entreprise et que vous avez des valeurs communes.

Leadership et sport

Voici deux exemples de communication lors d’une pratique d’ultimate.

Exemple 1

Aujourd’hui on pratique la bravo cut ou seven cut. On veut voir principalement des lancers around (autour de la marque), qui sont lancés tôt au changement de direction. Du côté des cutters, faites des changements de direction rapides et francs. On entraîne la bravo cut pour améliorer notre jeu du côté bris et déjouer plus facilement la défensive. Deux files, tout le monde a un disque, 10 minutes de lancers, c’est parti.

Exemple 2

Lors du dernier match, la majorité de nos revirements offensifs ont eu lieu près de la ligne, du côté ouvert. Dans les prochaines pratiques on va apprendre à jouer efficacement du côté bris pour diminuer la pression défensive et avoir des cibles plus ouvertes. C’est avec ça qu’on va gagner des matchs importants. On va utiliser principalement des lancers around et qui partent très tôt pour ne donner aucune chance à la défensive. On va pratiquer des changements de direction rapides pour déjouer encore plus efficacement les défenseurs. Commençons dès maintenant avec un atelier de bravo cut. Deux files, tout le monde a un disque, 10 minutes de lancers, c’est parti.

Expliquer vs Inspirer

Dans le premier message, on communique de l’extérieur du cercle vers l’intérieur : Quoi, Comment, Pourquoi. Résultat : très souvent, on perd l’attention après la première phrase. Les joueurs savent ce qu’est la bravo cut, ils anticipent les directives générales et ils sont déjà en train de se préparer pour l’atelier. Dans ce message, on explique et on donne des informations.

Dans le second message, on communique de l’intérieur du cercle vers l’extérieur : Pourquoi, Comment, Quoi. Ce qui fait que lorsqu’on commence à parler, les joueurs ne savent pas exactement où on veut en venir. Ils sont plus attentifs, plus longtemps. Et alors la nature de l’atelier prend naturellement sa place dans la vision d’ensemble. Dans ce message, on inspire et on motive.

La vision, la route et le véhicule

Le second message est le plus efficace pour inspirer vers un même idéal. Pourquoi? Et comment l’exprimer de façon à ce qu’il soit réellement entendu et compris?

Divisons le message en 3 parties :

Partie A Lors du dernier match, la majorité de nos revirements offensifs ont eu lieu près de la ligne, du côté ouvert. Dans les prochaines pratiques on va apprendre à jouer efficacement du côté bris pour diminuer la pression défensive et avoir des cibles plus ouvertes. C’est avec ça qu’on va gagner des matchs importants.

Partie BOn va utiliser principalement des lancers around et qui partent très tôt pour ne donner aucune chance à la défensive. On va pratiquer des changements de direction rapides pour déjouer encore plus efficacement les défenseurs.

Partie C – Commençons dès maintenant avec un atelier de bravo cut. Deux files, tout le monde a un disque, 10 minutes de lancers, c’est parti.

Partie A – La vision

La partie A du second message représente le thème de tes prochaines pratiques. Tu la présentes au début d’une pratique, puis tu fais des rappels le plus souvent possible, chaque fois que ça s’applique. Suite à tes observations en tournoi ou en pratique, tu as identifié LA solution qui, selon toi, va conduire ton équipe le plus rapidement et efficacement au succès attendu. Dans cet exemple-ci, le jeu du côté bris. La partie A est ton grand but, ta vision. Et ton objectif est que tous adhèrent à cette vision, que chacun devienne convaincu que si vous jouez davantage du côté bris, vous gagnerez des matchs.

Il est donc très important de rappeler cette vision à chaque pratique. Tu peux changer quelques mots, reformuler de toutes les façons possibles, proposer des extraits vidéos aux athlètes, toujours dans le but d’appuyer ton point de vue, pour apporter un éclairage différent et convaincre qu’il est crucial pour l’équipe de prendre cette direction. Durant les pratiques, souligne chaque mini-victoire lorsqu’elle est liée à ton grand but.

Si tu arrives à convaincre la majorité de ton équipe qu’apporter ce changement va vous conduire au succès, les effets seront alors exponentiels et dépasseront largement le cadre de tes pratiques. Plusieurs auront tendance à pratiquer leurs lancers around du côté bris lorsqu’ils iront lancer avec des amis. D’autres regarderont les vidéos avec un œil plus expert et porteront attention aux lancers bris et aux revirements du côté ouvert. Ils seront plus attentifs aux effets positifs du jeu du côté bris lorsqu’ils joueront en ligue. Et c’est ainsi que la roue commence à tourner en votre faveur.

Pour avoir du succès à cette étape, ta capacité à identifier correctement la problématique et de trouver LA solution est essentielle. Après un match, prends le temps d’évaluer les problématiques, de trouver les constantes et de déterminer les différentes solutions qui pourraient s’appliquer. Il est très facile de trouver des dizaines d’erreurs exécutées par les joueurs, mais c’est un défi beaucoup plus grand d’identifier les problème les plus récurrents et de trouver une solution simple, efficace, que tu peux appliquer rapidement avec ton équipe. Il arrive que cela prenne plus d’un tournoi avant de cibler la bonne solution.

Partie B – La route

La partie B du second message représente la route à suivre, c’est-à-dire les habiletés que ton équipe doit développer pour atteindre ton grand but. Ce sont tes objectifs de processus. Tu les nommes une première fois quand tu donnes ta vision, ensuite tu y reviens chaque fois que tu présentes un atelier pour faire un lien entre l’habileté développée dans cet atelier et ta vision.

En lien avec ta partie A, choisis 2 à 4 outils qui te permettront de suivre la route que tu as choisie. Tu sélectionnes les habiletés qui, selon toi, seront les plus efficaces et qui te conduiront le plus rapidement à ton but.

À prime abord ça semble très simple, mais c’est un véritable défi car nous avons tendance à vouloir tout travailler et développer en même temps. Avec un volume d’heures de pratique souvent très limité.

Comment choisir?
Impossible.
Sauf si tu as choisi ta vision au préalable…
Et que tu restes avec elle car tu SAIS qu’elle te mènera à bon port.

Partie C – Le véhicule

La partie C du second message représente les ateliers que tu fais faire à ton équipe pour développer tes habiletés qui te conduiront vers ton grand but. Tu pourrais faire des ateliers différents à chaque pratique, ou encore garder les mêmes ateliers et les faire progresser avec des nouvelles consignes et des niveaux de difficulté différents.

Il est bon de se rappeler que l’atelier n’est, après tout, qu’un véhicule. Il peut te conduire n’importe où et il peut aussi tourner en rond si tu ne sais pas exactement pourquoi tu l’utilises. Le plus important est de savoir qu’est-ce que tu veux atteindre avec cet atelier. Deux entraîneurs pourraient faire exactement le même atelier avec deux intentions totalement différentes et ils se rendront à bon port. Si le but est nommé, les athlètes porteront leur attention à l’endroit désiré et l’énergie sera bien canalisée. C’est pourquoi le grand but, la vision est primordiale. Le cerveau a besoin d’une intention très claire pour avancer dans une direction précise.

Leaders inspire others to dream more, do more and become more.

Convaincre au travail

Comment appliquer cette formule au travail? Imagine ce nouveau projet qui démarre et tu veux convaincre ton patron que tu es LA personne la plus qualifiée pour diriger ce projet. Comment présenteras-tu ta requête?

L’approche courante

Je suis intéressé au plus haut point par la gestion du projet X et je suis convaincu d’être la personne que vous recherchez pour ce poste. J’ai l’expérience d’avoir géré simultanément plusieurs projets d’envergure dans le respect des échéanciers et des budgets. Je suis dynamique et rigoureux, je sais faire preuve d’autonomie et coordonner le travail d’équipe. Je suis motivé par ce poste car je vise à gravir les échelons de l’entreprise et assumer de plus grandes responsabilités dans un avenir rapproché.

L’approche inspirante

Dans ma vie professionnelle, j’ai un sentiment de réalisation et d’accomplissement lorsque j’assume des responsabilités toujours plus grandes et lorsque je sens que je peux avoir un impact important. Je suis heureux de faire partie de cette entreprise et loyal envers elle car je sais qu’elle peut m’apporter les opportunités qui me permettront d’avancer vers mes objectifs. Le poste de gestion du projet X m’intéresse au plus haut point car elle pourrait être une excellente étape dans ce cheminement et je suis convaincu d’être la personne que vous recherchez pour assumer ce poste. J’ai l’expérience d’avoir géré simultanément plusieurs projets d’envergure dans le respect des échéanciers et des budgets. Je suis dynamique et rigoureux, je sais faire preuve d’autonomie et coordonner le travail d’équipe.

La plupart du temps, nous allons droit au but : on veut être sélectionné pour ce poste, voici quelles sont nos qualités, puis parfois on ajoute quelques raisons pour lesquelles on voudrait ce poste. On se dit que c’est si évident qu’on veut le poste, pas besoin de passer du temps à expliquer pourquoi!

Par expérience, pour avoir eu les deux perspectives – employeur et employé, en utilisant l’approche inspirante tu captes mon attention beaucoup plus longtemps. Lorsqu’un employé en face de moi débute la présentation de l’approche courante, très souvent j’ai déjà une opinion dès le départ, que je le veuille ou non. On parle à mon rationnel, alors c’est mon rationnel avec tous ses arguments déjà prêts qui répond.

En utilisant l’approche inspirante, on s’adresse à mes valeurs et à mes émotions. À ce que je veux offrir à mes employés : réalisation personnelle et épanouissement. Lorsque l’employé me parle avec confiance de ses intérêts et ambitions, pendant ce temps je me dis ‘oui, c’est exactement le genre d’attitude et de leadership que je recherche pour ce poste!’

Certains diront : l’épanouissement de ses employés ne semble pas être la priorité de mon patron. Peut-être, mais il a certainement intérêt à ce que tu sois motivé et efficace, que tu apportes un bon rendement à l’entreprise, et cela passe par ton sentiment d’accomplissement. À toi d’utiliser le langage qu’il comprend!

Conclusion

Lorsqu’on veut convaincre, influencer ou enseigner, on a très souvent tendance à vouloir donner de l’information. À décrire, expliquer, argumenter. Lorsqu’on procède de cette façon, on fait appel à la dimension rationnelle des individus. Or, nous mémorisons beaucoup plus facilement ce qui fait appel à nos émotions, ce qui nous fait rire, nous émeut, nous fâche ou nous rend triste. Quels sont tes souvenirs les plus percutants, les plus durables? Pour répondre à cette question, tu évoqueras certainement les évènements qui ont suscité chez toi les émotions les plus intenses.

En débutant avec le grand but dans toutes nos communications, on fait rêver les gens. On leur fait voir ce qu’ils pourront accomplir. On leur fait ressentir de la joie, de l’excitation. Et c’est ainsi qu’on capte leur attention et leur adhésion. C’est ainsi qu’on motive et qu’on inspire.

Peu importe ton rôle dans le sport et en-dehors, il y aura toujours un moment dans ta vie où tu souhaiteras influencer des gens et les amener dans ta vision. Tu as des aspirations, des ambitions et tu veux réaliser des rêves. Chaque fois que cela se présente, rappelle-toi : Pourquoi, Comment, Quoi. PCQ. Ne serait-ce que pour convaincre ton patron que ton idée est la meilleure, ou que tu mérites cette promotion.

Start with WHY.
Et toutes les portes s’ouvriront devant toi.

Share This