Bienvenue !

Flashback 1993.

Ma première compétition en gymnastique artistique. J’étais prête, j’étais talentueuse et j’étais impatiente de le démontrer. Je commence au saut de cheval, tout se passe bien. Une performance qui dure 4 secondes.

Puis les barres asymétriques. Je chute une première fois dans un mouvement très simple. Je suis stupéfaite. Je n’avais même pas envisagé que ça pouvait arriver. Je remonte sur la barre, je refais le mouvement. Chute encore.

Incapable de me ressaisir et de comprendre ce qui m’arrive, les catastrophes s’enchaînent. Résultat final : 2 chutes aux barres, 3 chutes à la poutre. Une 5ème place au sol.


C’est ainsi qu’a démarré ma vie d’athlète compétitive, et c’est ainsi qu’elle s’est poursuivie durant de nombreuses années. J’ai essayé de m’entraîner plus fort, d’en faire plus, je ne trichais jamais dans les exercices, j’avais une discipline de fer. Rarement rebelle, je suivais les directives et j’étais une travaillante aguerrie. Résultat : zéro. J’étais excellente dans le gym, nulle en compétition.

Je ne comprenais pas pourquoi.


Dans mon gym, on enseignait la technique. J’étais excellente dans ce domaine. J’apprenais en un jour ce que d’autres apprenaient en un mois.

Dans mon gym, on préparait physiquement les gymnastes. Une heure par jour, 5 jours par semaine. On était de vraies athlètes, toutes en force et en puissance.

Avec toute cette technique et cette préparation physique, certaines gymnastes de mon club étaient très performantes. Quelques athlètes de mon groupe avaient même gagné leur place aux championnats canadiens, une première chez nous. Pas moi. Pourquoi? Je me posais la question après chaque compétition, quand j’étais envahie par le découragement suite à mes piètres performances.

À la fin de ma carrière de gymnaste, j’ai entrevu la lumière. J’étais installée tout au fond du puits depuis un bon moment déjà. Habitée de la certitude que je n’avais rien à perdre, j’ai pris une décision. À partir de maintenant et pour le mois à venir, j’allais entrer dans le gym avec la conviction que j’allais gagner la prochaine compétition. Et que sans cette conviction ça ne valait même pas la peine d’aller m’entraîner. Je me suis fait la promesse de garder cette foi jusqu’au bout, ou de rester chez moi. Non seulement j’ai gagné la compétition qui m’a qualifiée pour le championnat, mais j’ai aussi remporté la première place à plusieurs engins.

C’est là que j’ai compris que le mental était la pièce du casse-tête manquante à mon puzzle.


Préparation mentale et performance

Suite à mon expérience, j’ai appris que bien que j’avais de grandes forces au niveau technique et physique, l’aspect mental du sport faisait partie intégrante de la performance. Et là se trouvait mon défi.

Pourquoi est-ce que je n’en avais jamais entendu parler?

Dans les années 90 – et aujourd’hui encore, cet aspect était moins connu et peu compris des athlètes et des entraîneurs. Il est donc enseigné moins fréquemment et assidûment que les paramètres techniques, tactiques et physiques du sport. Dans le très haut niveau, de plus en plus d’athlètes utilisent des services de préparation mentale avec des psychologues du sport. Il n’en est malheureusement pas ainsi pour les athlètes de niveau provincial ou national.

Ce qui fait que les athlètes qui sont naturellement doués pour utiliser le mental en tant qu’outil ont souvent de meilleures chances de performer que ceux qui sont moins à l’aise avec cet aspect de l’entraînement.

L’aspect mental du sport est-il un défi pour toi? 

Que tu sois athlète ou entraîneur, si la réponse à cette question est oui, mettons tout de suite les choses au clair : tu n’es pas moins talentueux que les autres. 

Parce que c’est souvent ce que l’on croit, puisque personne ne nous explique pourquoi il est si difficile de performer. Et parce qu’on ne comprend pas ce qui nous arrive, la confiance diminue et les performances aussi. Tout s’enchaîne.

L’aspect mental est l’un des 4 aspects de la performance, avec le physique, la tactique et la technique. Tout comme les autres aspects, il est possible de l’entraîner et de l’améliorer grâce à la répétition, la volonté et la persévérance.

Tu dois organiser ton temps d’entraînement pour y inclure la pratique de l’aspect mental de la performance sportive. Par exemple, au lieu de mettre 80% de ton temps de pratique sur des aspects techniques, tu peux choisir de diminuer à 70% et consacrer le 10% du temps libéré à l’entraînement de l’aspect mental.


Mes valeurs et ma vision

À la fin de ma carrière de gymnaste, je suis devenue entraîneure et je me suis fait la promesse qu’aucun de mes athlètes n’aurait à relever ce défi sans avoir les outils pour y arriver.

J’ai donc pris en charge ma formation. Aujourd’hui je suis détentrice d’un baccalauréat en Intervention Sportive, spécialisée en entraînement d’athlètes de haut niveau. J’ai un niveau 4 (international) du PNCE – Programme National de Certification des Entraîneurs. J’ai suivi une multitude de formations complémentaires – notamment sur la personnalité et son incidence sur la performance sportive, sans compter les centaines d’heures passées à lire sur le sujet pour mettre ensuite directement en pratique les théories apprises. J’ai voyagé, enseigné et coaché dans différents endroits – Cameroun, Vancouver, Québec, Montréal, Halifax, Cancun. Ma curiosité naturelle et mon sens de l’investigation m’ont poussée à relier au mental différents concepts appris sur le corps humain, l’esprit et le cœur. J’ai pratiqué et/ou enseigné plusieurs sports, dont l’ultimate frisbee, basket-ball, badminton, volley-ball, soccer, course à pied, le trampoline & tumbling et bien sûr la gymnastique. Je connais la réalité des sports individuel et collectif.

Toutes ces expériences m’ont permis de développer un sentiment de confiance, de liberté et d’authenticité. J’ai découvert mon pouvoir personnel et ma capacité à créer ma réalité.

Cela résonne en toi?
Tu as envie de te lancer, d’apprendre à utiliser cet outil puissant qu’est le mental?

J’ai créé ce site web et ces outils pour toi, que tu sois athlète ou entraîneur. En tant qu’entraîneur, utilise-les pour enseigner la préparation mentale à tes athlètes et pour ton propre développement personnel, ce qui te permettra de performer davantage dans ta profession et d’atteindre des résultats plus rapidement.

Au début tu devras travailler plus fort pour ‘reconfigurer’ certaines habitudes mentales. Par la suite, tu économiseras temps et énergie. Tu éviteras bien des erreurs. Et ta performance augmentera en flèche.

Sauras-tu te servir des outils et démontrer la force de caractère requise pour créer un réel changement dans ta vie? Un pas à la fois, tu créeras ainsi la version de toi-même que tu veux devenir.

MAKE IT HAPPEN.

 

 

 

 

Share This